page précédente

Boucherie

Boucherie est une série de natures mortes ayant pour thème l'animal mort devenu viande.

La langue de Loïc Jugue

Ce travail photographique que j'ai entrepris depuis longtemps est une sorte d'exploration de la matière organique... un plongeon dans les chairs...un voyage au bord de la mort... Il y a une dimension ontologique dans ces cadavres d'animaux... dans ces corps inertes... qui pourraient être les nôtres. Ils renvoient à nos propres destinées... à ce moment où notre corps deviendra matière...

Le lapin à la barquette de Loïc Jugue

Boucherie est une réflexion distanciée... entre fascination et horreur devant la viande... L'organique est d'une étrange beauté (voir le travail de Damien Hirst sur les animaux coupés en deux et disposés dans des cubes de plexiglas) et en même temps presque tabou dans nos sociétés.

Chaque photo me demande une bonne journée de travail et la prise de vue dure plusieurs minutes... J'ai essayé de restituer ces matières délicates grâce à un travail de lumière très spécifique appelé ligthpainting qui permet en quelque sorte de peindre avec la lumière. Une lumière très spécifique, tout en clair-obscur, que j'utilise pour mettre en valeur la matière organique... une sorte d'hommage au Caravage...

Il y a pour moi une terrible beauté dans ses chairs qui s'exposent... dans cette mise à nue définitive... Dans ce strip-tease ultime où la peau retirée révèlent les secrets les plus intimes du corps... muscles... viscères... sang et graisse... s'exposent au regard.... et en même temps, j'ai une certaine répulsion... et de la tristesse pour ces animaux morts... C'est cette étrange ambiguïté que j'essaie de faire partager dans ce travail.

Je sais qu'en montrant cette série de natures mortes, je vais déranger mes contemporains et que leurs réactions vont être négatives. Il est difficile de s'attaquer à des tabous, montrer la chair en fait partie. Je touche un paradoxe de notre société occidentale le fameux syndrome de Bambi...
et pourtant notre société est une boucherie... une immense boucherie...
143 milliards d'animaux... sont abattus chaque année pour nous nourrir.. ce chiffre effarant donné par la FAO est vieux, il date de 2003...
Je vous laisse imaginer ce qu'il en est aujourd'hui.

Loïc Jugue, août 2017

Loïc Jugue Portrait d'Antonio Nodar

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les voir en plus grand... attention au sang.

Accueil | Vidéos | Vidéo-sculptures | Installations | Photos | Expositions
English | Vente de photos | Biographie | Vidéographie | CV flash | Liens | Projets | Ancien site

Copyright Loïc Jugue, tous droits réservés.
Envoyer un message (send a mail)
www.loicjugue.com